Deux bonnes lectures « montagne » pour cet été !

Voici deux lectures qui pourraient égayer votre été. Du ski, des récits de montagne, des conquêtes héroïques… bref un bon moyen de s’évader en montagne également.

« Neiges éternelles », de Anselme Baud

Anselme Baud – Editions Nevicata
Livre broché, souple – 250 pages – 200 photos

2 X 22 X 22 cm – Texte en français

Edition 2011

Anselme Baud, célèbre guide de montagne aux fabuleux exploits de ski extrême…, a pris sa plume pour nous remémorer les exploits et aventures de trois générations de champions de ski et guides de montagne.

Quatre destins de guides ou champions de ski, mus depuis un siècle par une même passion inaltérable pour le ski et l’alpinisme. Anselme Baud, le légendaire pionnier du ski extrême, nous conte les souvenirs d’une vie intense passée au cœur des montagnes, depuis son enfance dans les pas de son père. Jacques Baud, le premier guide-professeur de ski de Morzine, à sa brillante carrière de guide de montagne.

A l’appui d’archives inédites, il témoigne de James Couttet, son beau-père, le grand champion de ski, à l’élégance exemplaire, sur la neige comme dans la vie…  Il rend enfin un hommage fort à Edouard, son fils, jeune skieur plein de talent, trop tôt disparu happé par un sérac…

Au fil de ces pages abondamment illustrées, Anselme Baud nous dit avec justesse les bonheurs et les drames d’une vie de guide de montagne.

« L’Invention du vide », de Nicolas Debon

Editions Dargaud
Parution 31/05/2012
Collection Long Courrier

Histoire héroïque, méticuleuse et authentique de la conquête de l’Aiguille du Grépon dans le massif du Mont Blanc, par 3 pionniers de l’alpinisme (1881). Un documentaire haletant et virtuose…

L’histoire : le 28 juillet 1881, l’alpiniste anglais Albert Frederick Mummery fait route en calèche vers Chamonix. Sur la route, par la fenêtre, il observe attentivement les aiguilles, ces pics montagneux abrupts et vertigineux, où seuls les corneilles et les fantômes osent s’aventurer. A l’arrivée, il est chaudement accueilli par deux guides suisses, Alexander Burgener et Benedikt Venetz. Dès le lendemain, ils montent en convoi jusqu’au touristique Montenvers et se préparent à une ascension. A 11h du soir, ils partent de nuit à la lueur d’une lanterne. Avec mille précautions afin de ne pas tomber dans une crevasse, ils remontent le flanc droit de la Mer de Glace jusqu’à la moraine de la Charpoua. Malade, Venetz rebrousse chemin, tandis que les deux autres poursuivent leur « reconnaissance » de la cime du Grand Dru. Toutefois, au fil des obstacles surmontés un à un, leur approche se transforme en conquête. Rendus euphoriques par leur succès, ils pique-niquent tout en haut, un point de mire idéal pour observer à la lunette le célèbre et inaccessible Grépon, un pic d’une verticalité affolante, composé de dalles lisses et perpendiculaires. Mummery décide à ce moment qu’il le vaincra deux jours plus tard…

« De tout temps, les hommes ont rêvé de gravir les plus hautes montagnes, dans un défi vain et pourtant magnifique lancé au vide. Il faut dire que la montagne a ce don de rendre belles les tentatives des hommes à vouloir aller toujours plus haut. Parfois, elle ose se refuser à leur vanité, se faisant douleur et souffrance. Les Alpes ont ainsi été le théâtre régulier des assauts de ces hommes, au point d’être à l’origine du mot « alpinisme » ! Durant les années 1880, ces conquêtes furent l’objet d’une formidable compétition symbolisée par les aiguilles de Chamonix. S’inspirant des écrits d’Albert Frederick Mummery (1855-1895), Nicolas Debon raconte avec brio ces exploits inutiles et beaux à la fois. À la manière du Tour des géants, qui mettait en scène les cyclistes au début du siècle dernier, il raconte, de façon documentée et profondément humaine, cette épopée. À la fois grave et savoureux, cet ouvrage – qui reste d’abord une fiction – est aussi un sublime hommage à la montagne. »

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com