Test ski – Ogso Thor Neoteric UL

La marque Ogso est encore peu connue en France mais elle commence à faire parler d’elle. Les gammes sont résolument tournées vers le ski de randonnée avec des shapes modernes et légers. J’ai pu tester le modèle Thor (128-95-113) depuis le début de saison, dont voici mon retour terrain.

Pour ceux qui me lisent depuis longtemps, vous savez que je suis de nature plutôt curieuse et ouverte. J’ai donc contacté la marque Ogso, dont j’entendais parlé depuis deux ans, afin de leur demander s’il était possible de réaliser un test sur un de leur ski de rando. 

Cette marque a été fondée par Tom Seindensticker, montagnard aguerri (plusieurs expéditions en himalaya à son actif) qui était à la recherche d’un ski polyvalent. C’est ainsi qu’il lança sa propre marque dénommée Ogso et c’est depuis Chamonix qu’il conçoit l’ensemble des gammes.

Ogso propose sur le papier des skis faits pour aller en montagne et offrant une grande polyvalence dans toutes les neiges. De plus, lorsque vous regardez les shapes et le design assez fun des skis, on ne peut que s’interroger sur ce que cela pourrait donner sur la neige. Enfin quand vous apprenez que c’est Stéphane Radiguet [père fondateur de la marque Zag skis, qui bouscula le ski avec des shapes nouveaux dans les années 2000] qui a shapé ces skis, on a suffisamment d’ingrédients pour aller y regarder d’un peu plus près.

Avouez qu’à la lecture de tout cela, c’est plutôt intéressant !?

Le modèle Thor que j’ai pu tester fait partie de la gamme la plus légère de cette marque, la Neoteric Carbon Ultra Light.

C’est le modèle phare de la gamme et ses mensurations le positionne dans la catégorie reine du ski de randonnée actuelle, à savoir entre 90 et 100mm au patin. Ce ski n’est pas le plus léger dans cette catégorie mais il reste dans la tranche moyenne avec 2,8kg en 176cm.

113mm 95mm 128mm
poids 1400gr rayon 18m tailles 160 – 168 – 176cm – 184 – 192

Les conditions du test se sont déroulées sur neige dure, voire béton en station puis lors de toutes mes randonnées depuis le début de saison en neige poudreuse, froide, lourde et parfois bien trafollées ! En gros j’ai eu un panel plutôt représentatif de ce que l’on peut rencontrer en ski de randonnée.

Globalement le ski a une bonne rigidité sous le pied. Sur neige dure le ski fonctionne bien sur son rayon mais il préfèrera les petits virages que les longues courbes pour lesquelles il n’a pas été forcément pensé.

Si le talon est vraiment bien présent, j’ai eu plus de mal à trouver mon équilibre dessus et à dompter la spatule lors des premiers virages sur neige dure notamment lorsque je commençais à allonger les courbes.

Mais cela s’est vite estompé et le ski offre globalement une bonne accroche et reste bien vivant avec un pop sympa en talon quand on ressert les courbes.

Une fois ma position sur le ski trouvée, j’ai vraiment réussi à exploiter le potentiel de ce ski et à commencer à le pousser un peu plus. 

Le Thor propose un long cambre qui lui permet d’avoir une longue surface de contact ski-neige avec une spatule qui remonte, lui permettant de rapidement travailler dans les neiges profondes et c’est là qu’il trouve selon moi toute sa pleine expression. 

Du coup venons à parler de son comportement en poudreuse. Avec cette spatule longue et progressive et la très bonne réactivité en talon, je me suis régalé avec un ski qui déjauge rapidement et qui rend la vie facile y compris quand la poudreuse se veut plus lourde où plus cartonnée.

En trafolle là encore, le ski est efficace et rassure même lorsque l’on a un peu plus de vitesse. 

La spatule travaille hyper bien et facilite grandement la vie, il suffit de doser l’appui vers l’avant et le ski devient vraiment joueur comme on le souhaite. Mais le Thor permet aussi de skier un peu plus centré et permet aussi d’économiser pas mal d’énergie sur les fins de courses où les jambes parfois deviennent un peu plus dures.

En montée on a un vrai ski de rando moderne et léger pour 95mm au patin. Cela est d’autant plus vrai  lorsqu’on le monte avec des fixations légères (Fritschi Xenic 10 pour ce test), la combinaison est vraiment intéressante. 

La construction du ski se fait également bien ressentir, avec les deux couches de carbone qui entourent le noyau en bois de paulownia, bois léger qui équipe la plupart des skis de randonnée actuellement. Le carbone apporte du répondant et cette rigidité qui est bien présente sur tout le ski, sans être non plus excessive, mais tout de même, c’est un ski avec du répondant. 

Question solidité et évolution du ski, il faudra faire une mise à jour dans quelques mois pour voir sur la durée mais il y a un point sur lequel je peux m’exprimer concernant la qualité des semelles. En effet en ce début de saison 2021, nous avons eu pas mal d’épisodes neigeux du côté des Préalpes, mais le fond n’était jamais très loin et j’ai pu aussi tester la nouvelle semelle proposée par Ogso sur ce modèle (semelle ISOSPORT 7500 avec 15% de carbone).

De ce point de vue le test est parfaitement rempli car vu les “jetons” que j’ai pu mettre lors de certaines descentes je n’ai eu aucune casse, ainsi la résistance de la semelle est belle et bien là.

Je vous parlais en intro du design sympa, même si la couleur orange foncée n’est pas des plus classiques, il faut avouer que les topsheets sont sympas, colorés avec une texture travaillée.

Enfin le petit message sur le champ fait penser à la célèbre marque des corbeaux chamoniards, mais cela reste toujours rigolo. 

Conclusion

Le premier point est qu’il est toujours intéressant de tester des marques un peu plus iconoclastes. Ogso rentre parfaitement dans cette catégorie avec des skis au design sympa, aux shapes qui sortent des sentiers battus et qui ont été pensés pour aller en montagne avec des peaux.

Le second point est que la promesse de polyvalence est là, même si j’ai eu un temps d’adaptation nécessaire pour me positionner correctement sur le ski en neige dure notamment. Peut être qu’un montage des fixations légèrement plus sur l’avant m’aurait aidé sur ce point par rapport à mon style de ski.

Clairement, Ogso propose un ski qui ne fait aucune concession à la descente et offre des skis ludiques, joueurs qui vivent sous le pied, tout en étant disposer à rassurer dans des terrains techniques. Et cela est plutôt bien réussi, notamment en neige profonde et souple, où c’est un régal.

Sur le dur, le ski pivote très bien et se veut rassurant en virage court. J’ai moins été convaincu par son comportement en grandes courbes mais ce n’est selon moi pas là où il s’exprime le mieux et ce n’est pas non plus ce que l’on recherchera forcément en rando.

En conclusion je n’ai pas été déçu par cette découverte. Le modèle Thor est un vrai bon ski de montagne et il deviendrait sans problème mon ski de tous les jours. 

En complément de ce test, sachez que la gamme Ogso est très large et plusieurs modèles assez “light” viennent compléter ce modèle Thor. Je pense notamment au modèle Ogso Couturier qui propose un ski de 104mm au patin pour seulement 1.45kg par ski en 178cm.

Il est difficile de trouver ces skis en france mais quelques shops les vendent et quelques grandes enseignes en ligne également, principalement en Allemagne chez Sport-Bittl, pour ceux que cela intéresserait.

Enfin, pour ceux qui voudrait en savoir plus, Skipass présente également toute la gamme depuis cette année dans leur test ski.

Test ski – Ogso Thor Neoteric UL
Une belle surprise
Ogso, une vraie belle découverte avec des skis de montagne qui offrent une belle polyvalence.
Comportement en poudreuse
Poids
Polyvalence
Comportement sur neige dure
93

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com