Test Fritschi Diamir Vipec 12

Test-small Les fêtes viennent de passer, apportant avec elles leurs lots de bonnes surprises notamment au niveau de l’équipement pour cette saison 2014. J’attendais avec impatience la possibilité de skier la nouvelle fixation de ski de randonnée Vipec 12 de chez Diamir et voilà qui est fait.

Alors certes ce n’est qu’un premier retour terrain d’une grosse matinée à skier dans les Bauges du côté de la petite station de Seythenex entre neige et pluie battante, une manière de prendre le pouls de cette fixation et de faire les différentes manipulations (chaussage, passage montée / descente et inverse, marcher avec les cales, déclenchement avant, etc.) bref de tester ce nouveau matériel que j’ai monté sur une paire de skis G3 Tonic.

SONY DSC

Cette fixation se distingue sur deux points par rapport aux principales et nombreuses fixations à inserts existantes sur le marché:

1. Sécurité butée avant et arrière : une sécurité avant avec un déclenchement latéral qui est assuré par une butée automatique équipée d’inserts. Cette fixation est équipée sur la butée avant d’une plaque qui coulisse et offre une élasticité avant de libérer la chaussure et de se déclencher (11mm d’élasticité avant déclenchement). De plus une compensation longitudinale active sur la butée arrière assure un déclenchement vertical défini même lors de la flexion du ski. A noter enfin que le déclenchement de sécurité même en mode marche est également présent.

2. Passage d’une position marche /ski et inversement sans avoir à déchausser.

Diamir revendique avoir testé cette fixation comme n’importe quelle autre fixation alpine ayant la norme DIN. Alors que les principaux fabriquant de fixations de ski de randonnée à inserts proposent un dégagement latéral au niveau de la talonnière arrière (ce qui n’est pas nécessairement mauvais ou mal approprié soit dit en passant) mais cela ne répondait pas à ce que propose les fixations alpines à savoir un déclenchement latéral avant et vertical sur la talonnière. Jusque là aucune sécurité à l’avant n’existait sur les fixations à inserts, mais Diamir apporte cette réponse avec la Vipec 12, tout en proposant un produit léger (940 gr sans les stop-skis) et qui semble performant.

J’ai pris contact avec Diamir en Suisse et leur ai posé la question de la norme TÜV, voici leur réponse:

Si des normes DIN/ISO existent pour une catégorie spécifique de produits, le TÜV certifie, si ces produits correspondent aux exigences de ces normes. Les normes DIN/ISO 13992 et 9462 pour les fixations de randonnées et alpines ainsi que pour les  chaussures de ski de randonnée selon la norme DIN/ISO 9523 et les chaussures des ski alpin selon la norme DIN/ISO 5355, étaient établies pour la compatibilité des systèmes butée – talonnière connus. En revanche des normes DIN/ISO pour des chaussures à inserts et des fixations pin-tech n’existent pas jusqu’à maintenant. Ainsi le processus de la certification pour la nouvelle fixation est en cours. A noter que les valeurs de déclenchement peuvent être vérifié proprement, comme toutes les fixations de ski alpin certifiées, sur les machines réglage des fixations comme Wintersteiger et Montana.

Nul doute que je vous tiendrai informé dès lors que nous aurons reçu la confirmation de l’obtention de cette nouvelle norme.

Premières impressions sur le terrain

Le chaussage peut être effectué de plusieurs manières, soit comme une fixation Dynafit classique en enclenchant les inserts avants en premier, puis le talon en le claquant.

SONY DSC

Il est également possible, quand la fixation est en position ski, de positionner le talon de sa chaussure dans les inserts en reculant le talon puis en baissant l’avant du pied pour venir fermer les inserts avants.

Enfin compte tenu du fait que la talonnière coulisse vers l’arrière lorsqu’elle est en position de montée (bras de levier arrière en position basse), laissant un espace entre le talon de la chaussure et le bloc arrière de la fixation, il est possible de fermer les inserts avant puis de baisser le talon de sa chaussure puis de faire venir faire coulisser le bloc arrière dans les inserts arrières en passant le bloc arrière en position ski (bras de levier arrière à remonter avec le bâton).

SONY DSC

SONY DSC

Quoi qu’il en soit, les manipulations sont très simples, vraiment aisées avec le bâton et il n’est pas nécessaire de déchausser pour passer en mode ski ou l’inverse.

A la montée le déroulé de pied est très bon, identique à une Dynafit ou une Plum, les cales de montées sont normales, je n’ai pas testé la cale haute dans un terrain très pentu. Le fait que la talonnière arrière coulisse vers l’arrière en mode montée me paraît très intéressant offrant l’éasticité d’une fixation alpine où c’est la talonnière qui compense les forces extérieures en non l’espacement entre la chaussure et la fixation comme sur une Dynafit. Ainsi cette transmission des forces est sans compromis y compris dans la zone du talon, ce qui est une vraie nouveauté pour une fixation de ski de randonnée. Le mécanisme fonctionne parfaitement, à voir maintenant sur le long terme quant à la fiabilité et la robustesse.

SONY DSC

SONY DSC

Concernant le déclenchement, je n’ai pas chuté pour tester exprès cela, mais j’ai forcé le déchaussement en frappant l’avant de mon pied en position ski avec mon autre pied libre, le déclenchement s’est parfaitement effectué, à noté que le bloc qui coulisse avant le déclenchement joue parfaitement son rôle “d’amortisseurs” de secousses, de simples petits coups de pieds permettent de bien voir la manière dont la fixation évolue avant de se déclencher une fois la course maximum offerte dépassée (11mm).

A noter que les couteaux ne sont pas encore disponible et n’arriveront que fin janvier – début février, le test viendra donc plus tard.

SONY DSC

SONY DSC

Et sur la neige ?

Je n’ai ressenti aucune gêne particulière lors de mes descentes, sur piste et hors des pistes. J’avais réglé mes fixations entre 6 et 7 en terme de force de déclenchement (je pèse 62 kg) et je n’ai pas eu de déclenchement intempestif à la descente et je n’ai surtout pas ressenti de décalage au niveau du coulissement de la fixation avant, même sur de gros appuis j’ai regardé plusieurs fois mes pieds et je n’ai pas vu de coulissement, ce qui pouvait être une crainte au départ.

Excellent touché de neige du coup, très peu de choses à dire au niveau descente, conduite parfaite du ski, cela change vraiment des Diamir classiques car cette fois-ci on se retrouve très proche du ski (tout comme sur une Dynafit ou une Plum) et n’avons plus la hauteur héritée de la barre centrale, ceci est un vrai plus dans le monde des fixations Diamir. A noter que le positionnement talon est plus proche du ski qu’une Dynafit (qui est légèrement surélevée de 5mm) et le positionnement de la chaussure sur le ski s’en ressent avec une position plus proche de l’alpin.

Le premier feedback est donc plutôt bon dans l’ensemble, maintenant il faut la pratiquer dans le temps avec pas mal de sorties dans différentes conditions pour avoir un verdict définitf, mais ce premier point de passage est extrêmement positif.

Précautions et points d’attentions

A première vue et après un premier test terrain, cette Vipec 12 semble très intéressante il y a seulement un point qu’il me semble important de mettre en avant : le réglage des pins avants, en fonction de votre paire de chaussures.

Je me suis fait monter mes fixations sans avoir donné mes chaussures (Scott Cosmos), j’avais juste donner ma longueur de semelle. Du coup les petits réglages d’usages nécessaires n’ont pu être fait, ceci a été corrigé depuis mais ces points me semblent importants.

Lors de mon premier essai, lorsque je déchaussais normalement en appuyant sur  le bras de levier avec mon bâton, les pins restaient bloqués dans les inserts de ma chaussure et j’avais du mal à ouvrir ma fixation avant.

En effet, ces fixations sont compatibles avec toutes les chaussures possédant des inserts mais ceux-ci peuvent légèrement être différent les uns des autres avec des écarts de 1,2mm possible entre les modèles ce qui empêche le mouvement latéral. Pour compenser cela, l’une des broches sur chaque butée avant peut / doit être ajustée.

SONY DSC

SONY DSC

Cet écart entraîne que la libération de la chaussure lors du passage en mode ski >> déchaussage peut être quelque peu bloquée ou contrainte pour vraiment libérer correctement la chaussure. Ce réglage est donc important, mais tout les bons magasins seront très attentifs à cela lors du montage, Diamir mentionnant très clairement que ce point est important en terme de réglage.

Il est possible de modifier cela grâce à une vis et un écrou sur chaque fixation (cf. photos ci-dessus) afin de bien vérifier que le chariot revient en position centrale lorsqu’on le pousse manuellement en forçant son décalage. De même pour la libération de la chaussure en appuyant sur la bras de levier permettant de déchausser, il faut alors jouer sur cette vis et cet écrou pour en réduire la longueur et permettre la bonne libération de la chaussure.

Mise à jour Mars 2014: après plusieurs retours concernant des problèmes avec les inserts réglables sur les premières séries de VIPEC 12, le distributeur m’a donné cette mise à jour :

Il n’existe pas à ce jour de normes pour les inserts des chaussures : d’une chaussure à une autre la largeur entre les inserts peut varier. La VIPEC est la seule fixation permettant d’ajuster la largeur pour permettre à la fixation un déclenchement défini et latéral de la buté (comparable à une fixation alpine) pour les chaussures respectant la norme DIN/ISO des chaussures de randonnées. Il est donc conseillé par la marque d’ajuster la largeur des inserts à la chaussure lors du montage. Lors de la première livraison des VIPEC, les inserts n’étaient pas collés pour permettre aux détaillants de finir le réglage et de contre serrer l’écrou. L’information n’étant pas arrivé dans tous les magasins certains inserts n’ont pas été suffisamment serrés, d’où une perte de celui-ci. En Janvier 2014, DIAMIR a immédiatement réagi en informant les détaillants de bien serrer l’insert lors du montage et de le souder en utilisant un frein filet de type LOCTITE. Depuis, la marque livre des fixations avec un pré réglage des inserts qui sont serrés et verouillés avec un frein filet LOCTITE pour diminuer la manipulation par le détaillant et convenir à la grande majorité du marché de la chaussure à insert.

Mise à jour Octobre 2014
>>> Retrouvez les adaptations de la fixation Vipec 12 v2 sur ce lien.

Enfin pour le réglage de la talonnière, il faut venir presque coller l’arrière de la chaussure sur un petit rectangle de plastique (cf. photo ci-dessous), Diamir conseille de venir coller la chaussure contre, après discussion avec le distributeur il peut être également bon de laisser 1mm entre la chaussure et le rectangle pour ne pas venir trop contraindre le bloc de fixation arrière lors du chaussage.

 SONY DSC

La grande question n’est pas comment voulez-vous régler votre fixation, mais comment savez-vous si elle a vraiment besoin d’un ajustement ? Vous n’aurez pas à vous poser ces questions si vous faites monter vos fixations chez un professionnel mais si toutefois vous changez de chaussures ou de skis, il sera bon d’en être conscient.

Diamir a mis à la disposition des magasins des consignes de montages dont voici quelques images (en anglais…) ci-dessous concernant le réglage des inserts avants et de la talonnière, les vidéos suivront bientôt.

001
002 004 005 006 007

Offre partenaire

Diamir Vipec 12

Fixation Diamir Vipec 12 avec inserts. »»

Snowleader
439€

livraison 24h > 72h
Dynafit TLT Radical FT

Fixation de ski de randonnée, la TLT Radical FT de la Dynafit 2013-14. »»

Snowleader 449€

livraison 24h > 72h

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com