Temps de lecture: 6 minutes

picto_review_matosJe n’ai pas fait parti des blogueurs, magazines et autres shops en ligne qui sont allés tester la nouvelle fixation de ski de randonnée Marker cet été au Chili, mais vu la campagne marketing bien organisée par la marque, cela me permet de vous faire un billet sur cette future fixation et de prendre un peu de recul sur ce qui en est dit sur la toile…

Car oui, un nouvel acteur, et non des moindres puisque l’on parle du fabricant allemand Marker, arrive sur le marché des fixations de ski de randonnée à inserts. La Marker Kingpin se veut être une fixation innovante à plusieurs niveaux et offre une butée à inserts Low-tec et une talonnière d’esprit alpin sans l’usage de pins arrières mais bel et bien d’une talonnière proche d’une fixation de ski alpin classique. C’est également la première fixation du genre à être certifiée par le TÜV  (la fameuse certification TüV garantissant une sécurité de déclenchement -avec la butée arrière alpine-) pour répondre aux normes de stabilité dans la valeur de déclenchement DIN ISO (déclenchement arrière).

Pour rappel cette norme signifie que quelle que soit la position du ski (virage, extension) le déclenchement aura toujours lieu à la même force. Pour les fixations low tech, il n’est possible de dire quand la butée avant non verrouillée va lâcher et pour la talonnière arrière, une échelle de valeur associée existe mais elle va varier avec la flexion du ski. Les fixations alpines ont un chariot de compensation qui doit coulisser d’un nombre de mm précis pour obtenir la norme de déclenchement.

A noter que la Diamir Vipec 12 possède ce chariot de compensation qui coulisse mais la norme TüV n’a pas été encore obtenue.

Marker_KingPin001

Cette fixation s’est inspiré des points d’innovation majeurs des acteurs marché, à savoir de la Dynafit Radical FT, la Diamir Vipec 12, Plum ou la G3 Ion. Il est à noter cependant que la Marker Kingpin ne reprend pas le concept de déclenchement sur la butée avant qui est présent sur la Vipec 12.

Pour la montée…

La Kingpin semble relativement facile à chausser en reprenant un principe astucieux de la G3 Ion car elle est équipée d’un arrêt sur lequel la chaussure vient buter pour faciliter le chaussage. Cette fixation hybride offre des cales à 0, 7 et 13° qui se manient soit avec la rondelle ou avec la pointe de son bâton. Pour permettre le passage en position montée depuis la position descente, un levier doit être relevé de deux crans depuis la position « ski » sur la butée avant, puis il suffit de reculer la talonnière avec un levier, avant de bloquer le stop-ski comme si on chaussait une fixation alpine classique. Les coûteaux sont disponibles en trois largeurs de 90, 105 et 120 mm et viennent se bloquer classiquement sous le coup de pied.

Marker-kingpin002

La Marker Kingpin se situe au milieu du peloton en terme de poids car si on la compare avec la G3 Ion, la Dynafit Radical FT ou la Diamir Vipec 12, la Marker Kingpin est presque 150 grammes plus lourde, mais elle rend 200 grammes à la Dynafit Beast 16 pour ne parler que des fixations à inserts.

La butée avant est relativement classique, nous n’y trouvons pas de sécurité en déclenchement mais 6 ressorts (4 classiquement chez la concurrence) ont été positionné et permettent d’augmenter l’absorption au niveau de la butée avant. Il est à noter que cette fixation ne se bloque pas, sans quoi la libération de la chaussure ne s’effectuerait pas et les ressorts ne pourraient pas jouer pleinement leurs rôles. Les valeurs DIN proposées seront de 5-10 et 6-13.

Marker_KingPin002

Pour la descente…

La grosse nouveauté qu’apporte cette fixation se situe au niveau de la talonnière qui offre un sentiment de sécurité important car on retrouve une talonnière de fixation alpine.

Le passage en position descente est relativement simple et effectuant la manipulation inverse avec le levier avant afin de chausser. La nouveauté est donc dans la conduite sur neige qui est grandement amélioré  avec un positionnement bas proche de la neige, car tout comme la “Vipec 12” le permet (avec cependant toujours des pins arrière) la Kingpin joue pleinement son rôle d’interface avec la neige car la chaussure est posée sur une plateforme ce qui limite les frottements au lieu d’être suspendue (sur les pins) et elle est surtout maintenue en deux points éloignés de 60 mm au lieu de 19 mm sur les modèles à pins classiques.

Pour permettre cela, les détenteurs de chaussures de ski de randonnée avec inserts arrière (semelle courte sur certains modèles) devront ajouter un adaptateur leur permettant d’utiliser à la fois cette fixation à talonnière “alpine” et les systèmes “pin-tec” intégral (Dynafit, Diamir Vipec, G3 Ion, Plum).

Marker_KingPin004

L’ajout de cette interface limitera certainement la pénétration sur le marché des randonneurs classiques possédant ce type de chaussure de part l’ajout de cette pièce.

Marker affirme que cette nouvelle fixation absorberait sept fois plus d’énergie que les fixations à inserts concurrentes, ce qui supprimerait quasiment les risques de déclenchement intempestif de la fixation. Ainsi la talonnière alpine jouerait pleinement son rôle d’absorbeur et limiterait les déchaussages sur les pins avant.

A qui s’adressera cette fixation ?

La Marker Kingpin vient clairement se positionner sur le marché freeride et freerando ou l’usage de matériel de randonnée est de plus en plus accepté et recherché. Le couple pin à l’avant et talonnière arrière alpine va trouver son intérêt pour les skieurs qui recherchent la sécurité du déclenchement avec la norme ISO, avec une contrainte de poids limité, je pense que pour la pratique de la freerando, cette fixation sera un vrai concurrent de choix.

Pourtant, je doute que les randonneurs classiques et les habitués de leur matériel se tourneront rapidement vers ce modèle qui ne leur apporte pas de gain de poids et une sécurité arrière qui est déjà très bonne sur la plupart des modèles à pin. Ajouter un adaptateur à ses chaussures pour adapter son matériel à une nouvelle fixation sera aussi un léger frein à surmonter.

Voici un comparatif en terme de poids par rapport à la concurrence:

  • Marker Kingpin 13 (et 10) : 1460 g la paire avec freins
  • Plum Yak : 1200 gr la paire avec freins
  • Dynafit TLT Radical FT : 1198 gr la paire avec freins
  • Plum Guide M : 1060 gr avec freins
  • Dynafit TLT Vertical ST 2.0 : 1198 gr avec freins
  • Diamir Vipec 12 : 1198gr avec freins

Marker a toujours visé le marché des skieurs hors-piste et les amateurs de freerando “occasionnelles” et ce produit répondra certainement à leurs attentes. La Kingpin vient clairement concurrencer la Dynafit Beast 16 et la Salomon Guardian par exemple, avec un poids plus faible et des caractéristiques de robustesse, sécurité et de conduite, équivalentes voir supérieures. Certains tests de cette fixation sont disponible sur internet, effectués pour la plupart lors d’un rassemblement organisé par Marker cet été au Chili.

Détails Marker Kingpin :

  •   modèle DIN 5-10 : 430 euros
  •   modèle DIN 6-13 : 480 euros

Rappel des details techniques :  

  • Freins de largeur 75-100mm ou 100-125mm
  • Echelle DIN 5.0 – 10.0 pour la KINGPIN 10
  • DIN 6.0 – 13.0 pour la KINGPIN 13
  • Hauteur de la butée 21mm
  • Système Butée  Kingpin PinTech
  • Talonnière  Kingpin Heel
  • Calles de montée 0°, 7° et 13° pour chaussure de 310mm
  • Poids sans frein  650gr
  • Poids avec frein  730gr
  • Poids par pièce avec les vis
  • Crampons disponibles 95 / 105 / 120mm
  • Poids :  95gr @ 105m
  • Mise en vente courant décembre 2014 en pré-introduction (nombre de paires limité), sortie définitive pour l’hiver 2015/16.

Voici ci-dessous une vidéo présentant cette nouvelle fixation Kingpin (le lien vers le site de la Kingpin):

WP2FB Auto Publish Powered By : XYZScripts.com