picto_skitripIl est des destinations où il ne me serait pas venu l’idée de mettre les spatules mais avec la motivation de Guillaume et Norah, deux de mes fidèles amis et clients; il en a été tout autre. En effet, grâce à mes deux comparses, j’ai eu la possibilité de découvrir un nouveau lieu à ski en plus de celle de me faire tailler les canines […]. Oui, car ils me proposèrent d’organiser un voyage dans les Carpates en Roumanie, terre de Dracula.

Cela me semblait être une bien belle destination pour une semaine à la mi-février. Au départ la semaine était annoncée belle avec un peu de neige, au final elle fût superbe et sans nuages dans le ciel et avec une neige d’excellente qualité, stable nous ayant permis de profiter à 100% de ce nouveaux terrains de jeu.

0008

Malheureusement nous n’aurons fait la connaissance d’aucun monstre aux dents longues, une rencontre aurait été la cerise sur le « Papanache », fameux dessert roumain dont nous nous sommes souvent délectés les papilles en fin de journée. Cependant ce voyage fut tout de même une semaine de découvertes, au gré des envies et des regards lancés la veille sur telle ou telle pente. Il est vrai qu’avec la seule carte topographique du coin au 1:60’000, ce n’est pas le soir au coin du feu que nous pouvions facilement repérer les solutions pour le lendemain…

0010

En revanche, nos regards aiguisés comme des canines, étaient en repérage constant pour les journées suivantes et notamment orienté vers les nombreux couloirs de cette immense vallée. Nous étions basés du coté du « lac Balea », au sommet d’une remontée mécanique digne des pires cauchemars de la police des transports Suisse. Cependant et malgré la vétusté de cette remontée, ce point de départ est excellent pour la pratique du ski de randonnée. La mode actuelle parlerait même de freerando dans ce cas, car nous avons collé les peaux du sommet de la remontée pour profiter des nombreuses combinaisons possibles. Le refuge au sommet de la remontée demande certes d’y revenir tous les soirs, mais les options avoisinantes sont de véritables petits bijoux pour les skieurs.

En effet le massif est raide, mais avec chance nous avions des conditions stables tout au long de notre semaine. Nous nous disions que dans un cas contraire nous aurions réellement pu ne rien faire de la semaine, à part remonter dans le téléphérique « Coca-Cola » et manger des Papanaches…

0002

Au sein de ce massif, les sommets flirtent avec les 2400 mètres et ont tous des noms à dormir dehors donc je vous passerais les détails de nos courses car entre le manque de topos/cartes et la complexité orthographiques, j’aurais peur de vous donner de faux plans.

Les sommets les plus proches, comme le Vf Paltinului (2399m)ou le Vf Laița (2397m) sont deux grandes classiques de cette vallée. Il n’est pas rare de trouver des alpinistes à pied dans les traces de ski, la culture de l’alpinisme est présente ici, parfois plus que le ski de randonnée. D’ailleurs notre semaine a été très froide, les nuits à plus de -20°C furent fréquentes et nous nous disions que ce massif regorgeait certainement d’itinéraires en mixte…

Pour en revenir au ski, je suis certain que je reviendrai dans ce massif, car les solutions sont infinies et ce premier voyage m’aura permis de repérer et une fois de plus nous étions seuls, chut ne le dites pas trop autour de vous !

Texte et photos – Xavier Carrard / Helyumguides

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com